"Mon rêve: voir des dauphins"

Quand j'étais petite, c'était mon rêve. Ce rêve, partagé par de nombreuses enfants, s'est malheureusement transformé en cauchemars pour ces animaux. J'ai même eu la "chance" d'aller les voir, quand j'étais plus jeune. Si j'avais su... Alors oui le spectacle m'a plu, j'ai même versé une larme. Mais quand on y regarde de plus près, on ne retrouve pas les animaux que l'on connaît, ces petits êtres heureux de nager dans le sillage des bateaux. Ici, il n'y a qu'un bassin, un tout petit bassin, que certains ont surement dans leur jardin tellement sa taille est dérisoire. Ils nagent tels des poissons rouges dans un minuscule bocal. Et il n'y avait pas que des dauphins. Requins, orques, phoques... Imaginez vous dans votre baignoire, vous aurez à peu près l'idée de ce qu'est un orque dans son bassin en parc aquatique.

QUEL BEAU SPECTACLE !!! ...

 

D'où viennent-ils?

Non, ce ne sont pas des rescapés!... Vous savez ces merveilleuses histoires de sauvetages d'animaux que nous relatent sans cesse les parcs animaliers. Certains disent vrai, certains non. On les arrache à leur famille, la plupart du temps massacrée, comme à Taiji où la chasse de milliers de dauphins servent à la fois à la vente de la viande et également à la vente aux parcs aquatiques. 

L'histoire d'un bébé orque arraché à sa mère et sa grands-mère pendant qu'ils nageaient paisiblement n'a toujours pas servi à réduire la connerie de l'Homme (avec un grand H, comme Honte). L'éléphant n'est pas le seul animal à avoir une grande mémoire. Ce petit orque placé dans son bassin ridicule n'a pas oublié ce que l'Homme lui avait fait subir. Un jour, il s'est attaqué à sa soigneuse en pleine représentation. Quelle issue? Ils l'ont simplement déplacé dans un autre parc aquatique... où il a recommencé et a donc été une fois de plus déplacé. L'être humain se veut le plus intelligent de toutes les espèces et pourtant il est souvent le plus imbécile. 

 

Une vie misérable et courte

Pas besoin de vous écrire un roman, les chiffres parlent d'eux-mêmes: un dauphin à l'état sauvage peut vivre 40 à 50 ans selon le sexe; en captivité, son espérance de vie décroit de plus de 20 ans. Au parc de San Antonio, sa durée de vie (survie dans ce cas de figure) atteint à peine les 4 ans!

Quant aux orques, si à l'état sauvage, leur espérance de vie atteint les 50 ans, à l'état sauvage, ils ne dépasseront pas les 10 ans.

Comment alors appeler ces spectacles si ce n'est une usine à fric se servant des rêves des enfants tout en exploitant des créatures innoncentes?

 

Ils ne sont pas les seuls

On s'indigne, certes, de la maltraitance de ces animaux et pourtant on ferme les yeux sur les 90% restants dans les élévages industrielles où règnent une souffrance constante. 

Mais il faut bien commencer quelque part, et le monde n'est malheureusement pas encore prêt à écouter un plaidoyer sur la souffrance d'un poulet. "Et alors? C'est qu'un poulet!" Tant que cette phrase sera dans les pensées de la majorité des gens, il y aura encore du boulot ! 

Sauvons les animaux des parcs aquatiques aujourd'hui, nous sauverons les poulets demain! Ou peut-être après demain.

 

Comment agir?

Tout d'abord, allez faire un tour sur les réseaux sociaux, plusieurs groupes s'organisent. Vous pouvez adresser une lettre au maire de la ville d'Amnéville (pas d'illusions, on sait où elles finiront, mais l'important est le nombre de lettre, le contenu pas sûre qu'elle y prête attention). Ensuite, pour les chanceux/ses qui habitent dans l'est, l'association VegLorraine organise une réunion d'informations à Frouard (environ 15 min de Nancy) le dimanche 9 février dans le but d'organiser prochainement une action visant à stopper les deux projets à venir. Pour plus de renseignements, envoyer un message à l'association pour connaître les détails de la réunion. Des co-voiturages sont mis en place. Pour ma part, 4 places disponibles! 

Lien de la page Facebook de l'association VegLorraine: https://www.facebook.com/pages/VegLorraine/261039997249943